En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

CinemaScope, DyaliScope, FranScope : l'aventure du Scope français dans les années 1950 et 1960
Conférence d'Olivier Rousseau

17 novembre 2017

Comment s'est développé le format large en France, dans les années 1950 et 1960 ? Quelles ont été les stratégies adoptées par les différents acteurs de l'industrie cinématographique française, à partir de l'arrivée du CinémaScope en décembre 1953 ? À la suite du contrat signé entre la 20th Century-Fox et Henri Chrétien qui favorise l'exploitation de son objectif Hypergonar pour le procédé CinémaScope, la contre-offensive des fabricants français vise à proposer des systèmes anamorphiques exploitant les failles du « package » et du marketing de la Fox. Ces procédés commercialisés par de petites entreprises à l'écoute des praticiens, comme le DyaliScope de la SATEC conçu par André Fougerat ou le Franscope de Jean Dicop, constituent autant d'améliorations ingénieuses du CinémaScope. Une vraie production nationale en scope anamorphique apparaît, très variée dans ses budgets, ses genres et ses ambitions esthétiques.


Chercheur indépendant en histoire des techniques et de l'esthétique du cinéma, auteur d'une thèse de doctorat sur le format large en France de 1953 à 2000 (Université Paris 1, 2007), partiellement publiée sur le site internet FilmoScopeFR, Olivier Rousseau a publié dans la revue Positif. Il est par ailleurs professeur de lettres détaché à l'Académie française.