En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus
André Coutant, le bon génie technique de la Nouvelle Vague et du cinéma-vérité. Conférence de Laurent Mannoni et Bruno Coutant
André Coutant, le bon génie technique de la Nouvelle Vague et du cinéma-vérité. Conférence de Laurent Mannoni et Bruno Coutant

vendredi 2 février 2018, 14h30

Salle Georges Franju

14h30 → 16h30 (120 min)

120 min

La société Éclair, fondée en 1907, embauche en 1939 un nouvel ingénieur, André Coutant (1906-1983), qui va rénover l'industrie française en apportant légèreté et mobilité à la technique cinématographique. Il invente notamment en 1947 la célèbre caméra Caméflex à visée reflex (« Le rêve pour nous autres qui sommes un œil indiscret », dira Jean Cocteau), puis une pléiade d'appareils fondamentaux qui font progresser l'art cinématographique partout dans le monde : l'Aquaflex (1949), le Caméblimp (1950), l'Éclair 16 mm (1961), l'ACL (1971), etc. Il conçoit aussi des appareils de mesure, des moteurs, des pieds panoramiques, des caméras prototypes étonnantes et prône très tôt, dès 1949, l'utilisation de l'image magnétique. La Nouvelle Vague, le cinéma-vérité, les documentaristes, mais aussi de grands cinéastes hollywoodiens (Welles, Coppola), ont largement profité des appareils mis au point par ce génie de la technique. Pourtant, aujourd'hui encore, André Coutant, auteur de quelque 70 brevets, est mal connu. Portrait de cet ingénieur- entrepreneur, présentation des principaux appareils et projection de films rares.


Bruno Coutant, né en 1972, est le petit-fils d'André Coutant. Architecte DPLG, il est l'auteur de projets d'aménagement de musées et parcours muséographiques, de scénographies pour l'architecture, la santé et le tertiaire.

Laurent Mannoni est directeur scientifique du patrimoine de la Cinémathèque française, directeur du Conservatoire des techniques cinématographiques et commissaire d'exposition. Il est l'auteur de nombreuses contributions sur les débuts du cinéma. En 2006, il a publié une Histoire de la Cinémathèque française (Gallimard).