En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

12 films qui s'inspirent de l'œuvre de Gustave Doré

28 juin 2017

Balzac, Rabelais, Chateaubriand, Cervantes, La Fontaine, Perrault, Edgar Poe, Victor Hugo, Dante, la Bible... Gustave Doré a illustré tous les classiques de la littérature occidentale, dès 1855 jusqu'à sa mort en 1883. Référence iconographique absolue, son œuvre a marqué nombre de cinéastes qui se sont nourris de son univers féerique et démoniaque, de sa mise en lumière et de ses perspectives dramatiques, pour créer les plus beaux décors et personnages du cinéma, réunis dans une liste des films qui citent le mieux l'œuvre de Gustave Doré1.

Dessin de Ray Harryhausen s'inspirant de Gustave Doré pour "Jason et les Argonautes" (1963)

Dessin de Ray Harryhausen s'inspirant de Gustave Doré pour "Jason et les Argonautes" (1963)

Le Voyage dans la lune (Georges Méliès, 1902)

La première rencontre entre Gustave Doré et le cinéma a lieu grâce à Georges Méliès qui adapte plusieurs contes et récits que le graveur a illustrés : Cendrillon, Barbe-Bleue, Le Juif errant... Méliès s'inspire des gravures de Doré, riches en détails, pour construire ses décors fantasmagoriques. La figure emblématique même de son cinéma, la Lune avec sa fusée plantée dans l'œil, trouve sa source dans les illustrations du Baron de Münchhausen : envol vers la lune, visage du soleil enrhumé, atterrissage du baron éjecté du canon.

Méliès / Gustave Doré

 

King Kong (Merian C. Cooper et Ernest B. Schœdsack, 1933)

Gustave Doré, génie du clair obscur et de la mise en scène. Les paysages luxuriants qui composent les planches de L'Enfer de Dante ou celles de la forêt d'Atala de Chateaubriand sont notamment à l'origine d'un des plus beaux paysages imaginaires du cinéma : Skull Island. Imaginés par le concepteur d'effet spéciaux, Willis O'Brien, la jungle de King Kong, se compose d'arrière-plans de style doréen, lui conférant son caractère sauvage, mystérieux et romantique.

King Kong / Gustave Doré

 

Blanche-Neige et les sept nains (Walt Disney, 1937)

Doré a 23 ans quand il se lance dans l'illustration de L'Enfer de Dante. Parmi les 75 gravures qu'il réalise pour illustrer les rencontres infernales de Dante et Virgile, on trouve ces images d'une forêt sombre, ténébreuse, abritant les âmes et les Harpies. Celle-ci sert de modèle à Disney pour représenter les arbres tordus et terrifiants de la forêt du cauchemar de Blanche-Neige. De son voyage en Europe en 1935, le père de Mickey a rapporté quantité d'ouvrages illustrés. L'anthropomorphisme et le sens du décor de Doré l'ont profondément marqué.

Blanche-Neige / Gustave Doré

 

La Belle et la bête (Jean Cocteau, 1945)

Le 11 décembre 1945, Cocteau écrit dans son journal de tournage : « Cette chambre est construite en l'air, dans le vide, au milieu des restes de ma forêt et des ébauches de mon futur décor de la source. Il en résulte qu'à travers ses murs de voiles, envahis de broussailles, on devine tout un paysage incompréhensible. Le tapis est d'herbe, les objets de ce mauvais goût magnifique de Gustave Doré. » En préparation de La Belle et la Bête, Cocteau remet à l'équipe du film une « bible » de tournage : Les Contes de Perrault illustrés par Doré. Le film adopte sa « pensée plastique » : lumières, ombres, feuillage, mobilier... tel ce décor parfait de la chambre de Belle, inspiré par une planche de La Belle au bois dormant illustrée par le génie Doré. Sublime et magistral !

La Belle et la Bête / Gustave Doré

 

Oliver Twist (David Lean, 1948)

174 gravures, 5 années de travail. À partir de 1871, Gustave Doré s'attèle à l'illustration d'un ouvrage sur Londres. De l'intérieur des bas-fonds jusqu'aux bords de la Tamise, il s'applique à dépeindre la cité en pleine révolution industrielle. Véritable témoignage social, David Lean et son directeur artistique, John Bryan, s'en servent pour créer les décors de l'adaptation du roman de Dickens. Récompensés à la Mostra de Venise en 1948, ils ont su parfaitement reproduire les rues miséreuses, où traînent ouvriers et mendiants. Pour son adaptation d'Oliver Twist en 2005, Roman Polanski rend lui aussi hommage au travail de Doré, ouvrant son film sur une gravure du maître.

Oliver Twist / Gustave Doré

 

Les Dix commandements (Cecil B. DeMille, 1956)

Du grand spectacle. C'est ce que donne à voir les œuvres religieuses et la Bible illustrées par Doré. Décors babyloniens, foules monumentales... Ses tableaux, aux dimensions parfois exceptionnelles pour l'époque, n'ont cessé d'influencer l'imaginaire collectif et l'esthétique du cinéma hollywoodien depuis la création des studios. Le premier à s'en revendiquer, Cecil B. DeMille, s'empare du sensationnalisme et des représentations de masses de Doré pour réaliser ses superproductions en Technicolor et péplums spectaculaires. Les scènes emblématiques des Dix commandements avec Charlton Heston en Moïse sont entrés dans la légende.

Les 10 Commandements / Gustave Doré

 

Jason et les Argonautes (Don Chaffey, 1963)

« Gustave Doré est pour moi le premier directeur artistique pour le cinéma, car tout le monde à Hollywood s'en est inspiré pendant les années 30 et 40. Doré est vraiment le père de ce métier. » Créateur génial d'effets spéciaux et de techniques d'animation en stop-motion, Ray Harryhausen, a créé des créatures et des mondes fantastiques qui ont inspiré des générations entières. Comme son maître Willis O'Brian pour King Kong, ses modèles viennent tout droit des œuvres de Doré. De la trilogie des Sinbad au Choc des titans, en passant par Jason et les Argonautes, ses dessins préparatoires rendent ostensiblement hommage au graveur.

Jason et les Argonautes / Gustave Doré

 

Star Wars (George Lucas, 1977)

Pour Luke Skywalker, on sait. Mais qui est le père de Chewbacca ? Une créature sortie tout droit de l'imaginaire de Gustave Doré, très certainement. George Lucas se serait inspiré du chat botté (encore lui) sans les bottes. Mais l'air de famille vient surtout de ce personnage du Roland furieux de l'Arioste, illustré par Doré un siècle plus tôt. Troublant, non ?

Star Wars / Gustave Doré

 

Le Baron de Münchhausen (Terry Gilliam, 1988)

En découvrant Le Baron de Crac de Karel Zeman (1962), Terry Gilliam s'exclame : « Voilà ce que j'ai toujours voulu faire ! Combiner une action réelle avec des arrière-plans animés à la Gustave Doré. » Il réalise alors sa version des Aventures du baron de Münchhausen en 1988, empruntant à Doré la physionomie du héros imaginé en 1862. Grand admirateur de l'artiste et s'étant donné pour mission dans la vie de « rendre Doré vivant », Gilliam se lance ensuite dans un projet obsessionnel : l'adaptation de Don Quichotte basée sur les illustrations du graveur. Après moult péripéties et catastrophes, le film verra le jour 17 ans plus tard.

Le Baron de Münchhausen / Gustave Doré

 

Sleepy Hollow (Tim Burton, 1999)

Esthétique gothique, virtuosité onirique, visions cauchemardesques. L'univers de Gustave Doré sied évidemment parfaitement à Tim Burton. Du château d'Edward aux mains d'argent au pays des merveilles d'Alice, l'imaginaire fantasmagorique du cinéaste emprunte au grand « décorateur » Doré, jusque dans ses gravures londoniennes qui servent à planter l'échoppe du diabolique barbier de Fleet Street dans Sweeney Todd. Les illustrations de L'Enfer de Dante font, quant à elles, écho à l'arbre des morts du cavalier sans tête, dans Sleepy Hollow. Du romantisme à l'horreur, des paysages lugubres et brumeux aux expressions d'effroi des visages, tout y est.

Sleepy Hollow / Gustave Doré

 

Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban (Alfonson Cuaron, 2004)

Non, ce n'est pas J.K. Rowling qui a inventé l'hippogriffe, cette créature mi-aigle, mi-cheval. L'animal fabuleux est décrit pour la première fois dans Roland furieux de l'Arioste, chef-d'œuvre de la littérature chevaleresque de la Renaissance. La figure de l'hippogriffe devient rapidement un must dans l'art héraldique. Doré lui dédie de nombreuses gravures lorsqu'il entreprend l'illustration du récit de l'Arioste en 1878. Repris encore aujourd'hui dans de nombreuses œuvres modernes, comme les romans de fantasy ou les jeux vidéo, l'hippogriffe le plus populaire, c'est Buck, dans l'adaptation d'Harry Potter de Cuaron.

Harry Potter / Gustave Doré

 

Shrek 2 (Andrew Adamson, Kelly Asbury, Conrad Vernon, 2004)

L'illustration de littérature enfantine et des contes de Perrault en particulier, Gustave Doré en a fait sa spécialité. Elle reste son œuvre la plus connue du grand public et a marqué toute la culture occidentale. Qui n'a pas en tête l'image du Petit Chaperon rouge découvrant le loup dans le lit de la grand-mère et coiffé de son bonnet ? Du Chat botté, chaussé de cuissardes et affublé d'un chapeau à plume, d'une ceinture et d'une cape ? Dans ces histoires, maintes fois adaptées, les personnages sont reconnaissables au premier coup d'œil. Celui du Chat potté, qui apparaît dans le deuxième volet de Shrek, en est la preuve parfaite.

Shrek Doré

 


(1) Cette liste s'inspire, entre autres, de l'article de Valentine Robert, L'œuvre de Gustave Doré au cinéma, paru dans la revue 1895, n°72, printemps 2014.